Profil Facebook
Profil Twitter
Profil Tumblr
Profil You tube
Profil Issuu
  • Twitter: assesolidarite

  • Ultimatum

    La gouvernance des institutions d’enseignement supérieur

    28 septembre 2018

    Le conseil d’administration est l’instance décisionnelle d’une institution d’enseignement. C’est lui qui possède le pouvoir de voter, par exemple, l’augmentation des frais afférents, l’attribution des contrats de service, la mise à jour de l’offre de programmes, ainsi que l’adoption du budget annuel. Les membres d’un conseil d’administration ont la responsabilité de s’assurer que la direction de l’établissement n’exécute pas des décisions qui détournent l’établissement de sa mission première : la transmission et le développement des connaissances.

    En plus des représentantes et représentants de la communauté interne de l’établissement, le conseil d’administration comporte aussi des membres externes représentant des secteurs variés, notamment socioéconomique, entrepreneurial et financier. Ces membres externes forment avec la direction une majorité des sièges du conseil d’administration. Ils et elles sont d’ailleurs, dans le cas des cégeps et du réseau des Universités du Québec, recommandé-e-s par le gouvernement et dans le cas des autres universités, sélectionné-e-s par les universités elles-mêmes. Mais pourquoi avoir des membres externes pour gouverner les institutions d’enseignement publiques ? Des présidents et des présidentes de divers conseils d’administration, eux-mêmes et elles-mêmes externes à l’établissement, soutiennent que ces membres externes possèdent « les compétences et les expertises [qui] nourrissent les échanges et [qui] permettent de refléter une variété de points de vue. »[1] De plus, ces membres constitueraient « une masse critique » évitant les conflits d’intérêts qui pourraient surgir entre les membres internes. Pourtant, leur présence majoritaire est une manifestation flagrante de la marchandisation de l’éducation. Ces membres influencent grandement les orientations de l’établissement par leur vision marchande. Ils et elles transforment la gestion de l’établissement d’enseignement pour la rapprocher de celle d’une entreprise privée. L’aspect financier devient ainsi la priorité institutionnelle, aux dépens de l’aspect humain de l’éducation.

    [1] IFGU, La gouvernance et le financement des universités, 2013, p. 6, [http://ifgu.auf.org/media/document/La_gouvernance_et_le_financement_des_universit%C3%A9s.pdf], (consulté le 15 juillet 2018).

    19 septembre 2018

    Campagne 2018-2019 : l’ASSÉ amorce une campagne contre la marchandisation de l’éducation

    CAMPAGNE 2018-2019 : L’ASSÉ AMORCE UNE CAMPAGNE CONTRE LA MARCHANDISATION DE L’ÉDUCATION MONTRÉAL, 16 septembre 2018 — Lors du congrès tenu en avril dernier, les associations membres ont décidé d’unir leurs efforts dans la prochaine année afin de lutter contre la marchandisation … Lire la suite

    4 mai 2017

    Congrès annuel 2016-2017 : L’ASSÉ démarre une campagne contre la culture du viol

    CONGRÈS ANNUEL 2016-2017 : L’ASSÉ DÉMARRE UNE CAMPAGNE CONTRE LA CULTURE DU VIOL QUÉBEC, 30 avril – Réunies à Québec les 29 et 30 avril, les associations membres de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante ont adopté un plan d’action … Lire la suite

    31 mars 2017

    L’ASSÉ appuie la campagne « Ensemble pour une politique familiale aux études ! »

    L’ASSÉ APPUIE LA CAMPAGNE « ENSEMBLE POUR UNE POLITIQUE FAMILIALE AUX ÉTUDES! » L’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) est une association étudiante nationale fondée en 2001, qui représente plus de 70 000 membres partout à travers la province. Dans ses principes … Lire la suite