Profil Facebook
Profil Twitter
Profil Tumblr
Profil You tube
Profil Issuu
  • Twitter: assesolidarite

  • Ultimatum

    D’où vient l’«austérité» ?

    26 mai 2015

    Pourquoi le gouvernement va-t-il de l’avant avec de telles restrictions budgétaires ? Ses raisons sont simples : depuis une vingtaine d’années, les différents gouvernements ont tous cru que plus le Québec s’endettait, plus il serait incapable d’assurer des services sociaux et de contribuer à la croissance économique. Ainsi, depuis 1996, ils ont procédé à de nombreuses réductions des dépenses publiques afin d’atteindre l’équilibre budgétaire : il s’agit du fameux « déficit zéro », atteint lorsque les dépenses du gouvernement ne dépassent pas ses revenus.

    Ce qui est trompeur dans cette démarche d’atteinte du déficit zéro, c’est que la coupe dans les dépenses est présentée comme la seule avenue possible, alors qu’une panoplie de mesures existent pour augmenter les revenus de l’État sans menacer l’accessibilité et la qualité des services publics. En effet, par le biais des taxes et de l’impôt, le Québec pourrait être en mesure de financer convenablement ses services publics. Toutefois, depuis près de 20 ans, il a entrepris une baisse successive des taxes et des impôts, ce qui l’a privé d’au moins 10 milliards de dollars par année. Face à ce manque à gagner, le gouvernement coupe partout afin de réduire ses dépenses, alors qu’il pourrait très bien introduire des mesures fiscales pour taxer davantage les plus riches et les entreprises privées. Par exemple, la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics propose 18 solutions et mesures de contrôle des dépenses permettant de dégager environ 10 milliards de revenus supplémentaires pour l’État.[1]

    L’austérité, ce n’est pas pour tout le monde!

    L’austérité est aussi contradictoire. Pourquoi le gouvernement coupe-t-il dans le réseau public d’éducation primaire et secondaire tout en continuant de donner de généreuses subventions aux écoles privées? Derrière les politiques d’équilibre budgétaire, la réelle intention du gouvernement est de favoriser l’élite et les plus riches, au détriment des plus pauvres qui doivent faire leur « juste part ». Ainsi, les inégalités sociales ne cessent de croître et de plus en plus de gens doivent désormais payer plus cher pour des services moins accessibles et de moins bonne qualité!

    [1] Pour en savoir plus sur la Coalition et ses propositions de solutions, consultez : http://nonauxhausses.org/outils/alternatives-fiscales-justes-et-equitables-pour-les-finances-publiques/

    Le jeudi 16 février à 13h30, Parc de la Francophonie, Québec

    Manifestation contre le rendez-vous national de la main d’oeuvre

    « Le 21e siècle amène une vague de profonds changements économiques et sociaux dont nous commençons à peine à apprécier l’ampleur » avait déclaré Philippe Couillard dans son communiqué par rapport au Rendez-vous national sur la main-d’œuvre. Il est par … Lire la suite

    Autres événements à venir

    23 janvier 2017

    Les syndicats de l’Université de Montréal dénoncent le coup d’État de l’administration

    LES SYNDICATS DE L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DÉNONCENT LE COUP D’ÉTAT DE L’ADMINISTRATION MONTRÉAL, le 23 janv. 2017 /CNW Telbec/ – Aujourd’hui, l’administration de l’Université de Montréal (UdeM) soumettra à l’Assemblée universitaire un projet de refonte de la Charte de l’UdeM. … Lire la suite

    12 janvier 2017

    Déclaration conjointe de l’ASSÉ et de l’AVEQ dénonçant le manque d’inclusion des survivant.es dans les consultations gouvernementales d’agression sexuelle

    Montreal, le 12 janvier 2017 Aujourd’hui, l’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ) et l’Association pour la Voix de Étudiante au Québec (AVEQ) publient conjointement aux consultations pour la violence sexuelle annoncées par la ministre Hélène David. Tout en accueillant … Lire la suite

    15 décembre 2016

    L’ASSÉ réagit à un réinvestissement de façade en éducation

    L’ASSÉ RÉAGIT À UN RÉINVESTISSEMENT DE FAÇADE EN ÉDUCATION La ministre de l’Enseignement supérieur Hélène David a annoncé au cours de deux sorties récentes des sommes de 80 millions injectées dans l’aide financière aux études, et de 12 millions dans … Lire la suite