Profil Facebook
Profil Twitter
Profil Tumblr
Profil You tube
Profil Issuu
  • Twitter: assesolidarite

  • Actualités

    Le boycott, pour se faire entendre haut et fort

    14 février 2013

    592100_142773752549034_1377988202_n

    L’ASSÉ boycottera le Sommet sur l’Enseignement Supérieur. Pourquoi?

     

    Ce Sommet a été présenté aux étudiants et étudiantes comme un grand exercice de réflexion ouverte qui répondrait aux grandes questions soulevées par le printemps étudiant. Un an après le début de la GGI, nous constatons que rien n’est plus faux. Le Sommet cherche à confirmer des choix déjà pris derrière portes closes. Au lieu de laisser place à un vrai débat sur la mission de l’université québécoise, il cherche à dégager des consensus qui suivent la droite ligne de la marchandisation de l’éducation.

     

    Des délégués et déléguées de l’ASSÉ ont rencontré la Première Ministre et le ministre Duchesne à la suite de notre ultimatum. Le message: «cause toujours». On pourra parler de gratuité scolaire, mais impossible de remettre en question le cadre économique du gouvernement, qui impose une fin de non-recevoir à toute mesure progressiste. Une réduction des frais de scolarité ne sera même pas considérée sérieusement, au même titre qu'un retour de la taxe sur le capital des institutions financières pour la financer. Au contraire, le gouvernement renie l’importance sociale de la gratuité et prépare différentes formes d’indexation: une avenue à 3 voies vers une nouvelle hausse. Ainsi, nous considérons que les revendications émanant du congrès de Saint-Félicien ne sont pas respectées par le gouvernement.

     

    Pour Pauline Marois et Pierre Duchesne, le gel est une indexation. L’indexation est un compromis. Un compromis pour qui? Pour les grandes entreprises, qui continuerons de profiter de l’endettement étudiant, de la recherche à bon marché et d’un climat fiscal qui n’a jamais été aussi favorable? L’indexation des frais de scolarité vient enchâsser l’éducation postsecondaire comme un produit dont le prix augmente au même rythme que celui d’une pinte de lait. C’est la mort de l’éducation libre, et une tentative de tuer définitivement le rêve de la gratuité scolaire, de mettre de côté la vision du printemps érable. Le gouvernement n’a rien compris: la gratuité n’est pas un débat de chiffre. Oui, elle permettrait à jusqu’à 26 000 nouveaux étudiants et étudiantes d’accéder à l’université. Oui, elle coûterait 300 millions, ou 700 millions, ou 1,1 milliards. Mais la question va beaucoup plus loin: la gratuité scolaire est un projet politique, qui remet en question toute une conception du rôle de la collectivité au sein du financement des services publics.

     

    Ce sommet suit un modèle éprouvé. Rassembler le plus d’organisations possibles autour d’une même table, écraser les voix dissidentes sous le marteau du consensus, et mettre en place leur plan d’action: réformes néolibérales et coupures sans distinction, au nom du déficit zéro. En 1996, la société civile avait fait un pacte avec le diable et avait accepté de mettre en place des politiques d’austérité, après un sommet socioéconomique du Parti Québécois. La suite: 400 millions de coupures en éducation et une hypothèse de hausse des frais de scolarité. Cette année, la même farce semble se répéter. Le gouvernement péquiste trahit une fois de plus la prémisse progressiste de son élection. Même les apparences d’ouverture s’écroulent comme un château de carte, au même rythme que la crédibilité de ce Sommet improvisé.

     

    Nous ne légitimerons pas cette mascarade. Les étudiants et les étudiantes ne feront pas partie de ce consensus imposé. En 2010, l’ASSÉ avait boycotté la rencontre des partenaires en éducation, qui avait pour but de discuter des détails de la hausse des frais de scolarité. Aujourd’hui, nous sommes plus forts et fortes que jamais. Et nous ne serons pas dupes. Si nous voulons avoir notre voix au chapitre, il faudra faire ce qui a toujours fonctionné pour le mouvement étudiant: continuer à se mobiliser. Ce ne sont pas quelques délégués et déléguées qui vont faire une différence. C’est nous tous et toutes.


    Parce qu’on a pas fait 6 mois de grève pour ça, faisons grève et manifestons le 26 février à 14h, au Square-Victoria. Au sommet du PQ, revendiquons une éducation libre, accessible et gratuite, et bloquons l’indexation des frais de scolarité!

    Le jeudi 16 février à 13h30, Parc de la Francophonie, Québec

    Manifestation contre le rendez-vous national de la main d’oeuvre

    « Le 21e siècle amène une vague de profonds changements économiques et sociaux dont nous commençons à peine à apprécier l’ampleur » avait déclaré Philippe Couillard dans son communiqué par rapport au Rendez-vous national sur la main-d’œuvre. Il est par … Lire la suite

    Autres événements à venir

    23 janvier 2017

    Les syndicats de l’Université de Montréal dénoncent le coup d’État de l’administration

    LES SYNDICATS DE L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DÉNONCENT LE COUP D’ÉTAT DE L’ADMINISTRATION MONTRÉAL, le 23 janv. 2017 /CNW Telbec/ – Aujourd’hui, l’administration de l’Université de Montréal (UdeM) soumettra à l’Assemblée universitaire un projet de refonte de la Charte de l’UdeM. … Lire la suite

    12 janvier 2017

    Déclaration conjointe de l’ASSÉ et de l’AVEQ dénonçant le manque d’inclusion des survivant.es dans les consultations gouvernementales d’agression sexuelle

    Montreal, le 12 janvier 2017 Aujourd’hui, l’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ) et l’Association pour la Voix de Étudiante au Québec (AVEQ) publient conjointement aux consultations pour la violence sexuelle annoncées par la ministre Hélène David. Tout en accueillant … Lire la suite

    15 décembre 2016

    L’ASSÉ réagit à un réinvestissement de façade en éducation

    L’ASSÉ RÉAGIT À UN RÉINVESTISSEMENT DE FAÇADE EN ÉDUCATION La ministre de l’Enseignement supérieur Hélène David a annoncé au cours de deux sorties récentes des sommes de 80 millions injectées dans l’aide financière aux études, et de 12 millions dans … Lire la suite